Le brouillard recouvre notre chère terre,
Il ensevelit les sommets et les vallées.
Toute la nature semble s’être envolée,
Depuis les prairies jusqu’aux hautes montagnes.

Les charmants petits lapins, nouveau-nés, rejoignent
Leurs frères au creux des taillis ou des fourrés.
A l’aube, l’air est agité d’un vent frisquet ;
La nature met les petits oiseaux au bagne.

Le ruisseau, voyant dans le ciel, passer les grues,
Mécontent et furieux, se met, déjà, en crue.
Déçus de se mouiller les pieds, les prés ronchonnent.

Le fermier, consciencieusement tourne sa terre,
Il rentre ses bêtes car voici l’automne
Qui se termine pour faire place à l’hiver.

Newsletter

Panier

Le panier est vide
Find us on Facebook
Follow Us