Les feuilles des cerisiers sont
Rougies par la fin de l’été ;
Celles des pommiers, jaunies, vont
Bientôt tomber en vol plané.

Là-bas, au loin, vous pouvez voir
Et même entendre le joli
Tracteur du voisin. Les beaux loirs,
Pour ‘hiver, se sont endormis.

Là-bas, à l’horizon, les nues
Approchent, grises, amenant
Pluies et brouillards parmi nos rues.

Les beaux jours nus ont quittés, et,
Tous les matins, nous voyons blanc,
Le sol qui fut vert tout l’été.

Newsletter

Panier

Le panier est vide
Find us on Facebook
Follow Us