News

Mortroux 2018

Le 7ème salon du livre de Mortroux aura lieu le dimanche 29 juillet 2018 de 9 h à 18 h, à la salle socio-culturelle

En savoir plus..


 

Concours La Morterolaise 2018

4ème concours de la nouvelle morterolaise

 En savoir plus..


 

Gérard Manvussat

Le début

L’histoire se passe dans la Creuse des années 1980

OUVERTURE
1. EXT. ROUTE COMMUNALE CREUSOISE – JOUR
Un garçon de 15 ans, vêtu et coiffé de velours  beige (pantalon, blouson, casquette), chaussé de souliers montants à fermeture éclair, marche. Il porte un sac à dos et mâchouille une fleur.


CHANT DES OISEAUX AU PRINTEMPS


GENERIQUE


2. EXT. VILAGE EN RUINE – JOUR
L’adolescent regarde autour de lui, crache la fleur.

    L’ADOLESCENT (voix enfantine)
    Que c’est triste ! Comment peut-on vivre ici ?

Il continue d’avancer en secouant la tête. Il passe devant une maison habitable, de construction récente. Il continue de marcher, rassuré d’avoir rencontré un semblant de vie.


3. EXT. UNE MAISON PRES D’UN VIRAGE – JOUR
L’adolescent regarde autour de lui, ouvre l’une des deux barrières et pénètre dans une grande cour de ferme, rangée avec beaucoup de goût.


4. EXT. COUR DE FERME – JOUR
Jeannine Marly donne du grain à ses volailles.
L’adolescent toussote timidement.

    L’ADOLESCENT
    Je m’appelle Manvussat. Manvussat Gérard. La personne qui vous a téléphoné hier soir. Je viens…

    JEANNINE MARLY
    Ah oui ! Entrez, mon garçon. Mon mari est après casser la croûte. Vous parlerez.



5. EXT. PORTE DE LA MAISON – JOUR
Gérard frappe quelques coups faibles, puis n’obtenant aucune réponse, insiste plus fortement.

    RENE MARLY
    (OFF)
    Entrez !

Gérard ouvre la porte et la pousse timidement.


6. INT. SALLE COMMUNE – JOUR
M. Marly mange des œufs frits. Sur la table il y a de la charcuterie, du fromage, du pain, du vin.

    RENE MARLY
    Qu’est-ce que c’est ?

    GERARD
    Vous êtes Monsieur Marly ?

    RENE MARLY
    Je suis René Marly. En effet. Que me veux-tu ?

    GERARD
    (Toujours aussi timide)
    Je suis Manvussat. Gérard…

    RENE MARLY
    Ah oui. Assieds-toi. Et pose ton sac. Tu as déjà travaillé dans une ferme ?

    GERARD
    Oui, mes parents en avaient une.

    RENE MARLY
    Mais assieds-toi donc !

Gérard pose son sac à regret et s’assied.

    RENE MARLY
    Tu sais que c’est très dur. Je te trouve bien gringalet pour travailler la terre.

    GERARD
    Si je ne fais pas votre affaire, vous me le direz et je m’en irai.

   
    RENE MARLY
    Comment as-tu su que je cherchais un commis ?

    GERARD
Tout le monde le sait. En plus, votre annonce est affichée au lycée agricole. Je me suis donc dit que c’était vrai. Les gens ne racontent pas toujours que des histoires.

    RENE MARLY
    D’où viens-tu ?

    GERARD
    Je préfère ne pas parler de moi.


7. INT. SALLE COMMUNE – JOUR
Jeannine et René Marly, et Gérard déjeunent. JACKY, le benjamin des MARLY, entre.

    RENE MARLY
    (A Gérard)
Voici Jacky, notre dernier. Celui qui devait rester travailler avec nous et qui a préféré faire le menuisier. Je crois que c’est lui qui a raison.
    (A Jacky)
    Voici Gérard.

    JACKY
    Bonjour

    GERARD
    Bonjour.
    (Ils se serrent la main)


8. INT. SALLE COMMUNE – NUIT
Jeannine et René Marly, Jacky et Gérard sont assis autour de la table. Gérard se lève.

    GERARD
    (Donnant une poignée de main à chacun des trois autres)
    Bonne nuit.

    LES MARLY
    (D’une seule voix)
    Bonne nuit.

Gérard sort par une porte du fond de la pièce.
    JACKY
    Il va trouver tout seul ?

    RENE MARLY
    Nous lui avons montré sa chambre ce matin.

    JACKY
    Il semble très sympathique. D’où vient-il ?

    JEANNINE MARLY
Voici bien la question que nous nous posons, ton père et moi. Il refuse absolument de parler de ses origines et de sa vie avant aujourd’hui.

    RENE MARLY
Il semble très courageux. Il a une voix très juvénile. Il est scolarisé puisqu’il ne peut venir que pendant les vacances scolaires.

    JEANNINE MARLY
Nous souhaiterions pourtant prendre contact avec ses parents, surtout pour sa paye. Il ne demande pas beaucoup. Il a dit que nous ferions le prix nous-mêmes.


9. INT. CUISINE – JOUR
JEANNINE MARLY  s’affèrent sur la gazinière. Gérard entre.  Il se lave les mains au-dessus de l’évier, pose son bleu et l’accroche à un porte-manteau derrière la porte d’entrée.

    GERARD
    Puis-je mettre le couvert ?

    JEANNINE MARLY
    Tu as bien assez travaillé. Repose-toi donc un peu.

    GERARD
Parce que vous, vous ne faites rien, peut-être ! Traire les vaches, nourrir les porcs et la basse-cour, faire la cuisine : c’est sûrement du repos !

JEANNINE MARLY regarde Gérard en souriant. Gérard marche vers le buffet et en sort quatre assiettes et quatre verres. Il prend les couverts dans le tiroir de la table. Il approche quatre chaises de la table.

    RENE MARLY
    (Entrant)
Parce que tu fais la bonne aussi ! Il faut reconnaître que ça conviendrait mieux à ton physique et à ta taille.

Gérard rougit. Jeannine Marly a fini ses préparatifs. Elle s’assied, les hommes aussi. Jacky arrive. Ils déjeunent.


10. EXT. COUR – JOUR
Jacky et Gérard attèlent un outil au tracteur. Ils parlent mais leurs voix sont couvertes par le bruit du tracteur.


11. INT. CUISINE – JOUR
Gérard termine une purée. Il fait une sauce vinaigrette. Jacky entre.

    JACKY
    Tu ne vas pas mourir de faim, au moins ! Mes parents ne sont pas là ?

    GERARD
    Ils sont partis à la foire. Ils avaient prévu d’y rester une petite heure… mais ils n’ont pas précisé ni la longueur des minutes ni le nombre de minutes composant cette heure.

    JACKY
    (Souriant)
    Ils sont partis depuis longtemps ?

    GERARD
    Un peu plus de deux heures.

    JACKY
    Alors tu en profites pour préparer le déjeuner.

    GERARD
    Ta mère a dit qu’elle achèterait des steaks et qu’elle ferait de la purée pour les accompagner. J’ai essayé de l’avancer un peu. Quand elle arrivera, elle n’aura peut-être pas très envie de s’installer dans la cuisine.

    JACKY
    Tu fais tout ça chez toi ?

    GERARD
    Si je ne faisais que ça…

Les parents Marly entrent.

...

A suivre

L’histoire se passe dans la Creuse des années 1980

 

OUVERTURE

1. EXT. ROUTE COMMUNALE CREUSOISE – JOUR

Un garçon de 15 ans, vêtu et coiffé de velours  beige (pantalon, blouson, casquette), chaussé de souliers montants à fermeture éclair, marche. Il porte un sac à dos et mâchouille une fleur.

 

 

CHANT DES OISEAUX AU PRINTEMPS

 

 

GENERIQUE

 

 

2. EXT. VILAGE EN RUINE – JOUR

L’adolescent regarde autour de lui, crache la fleur.

 

                            L’ADOLESCENT (voix enfantine)

                            Que c’est triste ! Comment peut-on vivre ici ?

 

Il continue d’avancer en secouant la tête. Il passe devant une maison habitable, de construction récente. Il continue de marcher, rassuré d’avoir rencontré un semblant de vie.

 

 

3. EXT. UNE MAISON PRES D’UN VIRAGE – JOUR

L’adolescent regarde autour de lui, ouvre l’une des deux barrières et pénètre dans une grande cour de ferme, rangée avec beaucoup de goût.

 

 

4. EXT. COUR DE FERME – JOUR

Jeannine Marly donne du grain à ses volailles.

L’adolescent toussote timidement.

 

                            L’ADOLESCENT

                               Je m’appelle Manvussat. Manvussat Gérard. La personne qui vous a téléphoné hier soir. Je viens…

 

                            JEANNINE MARLY

                            Ah oui ! Entrez, mon garçon. Mon mari est après casser la croûte. Vous parlerez.

 

 

 

5. EXT. PORTE DE LA MAISON – JOUR

Gérard frappe quelques coups faibles, puis n’obtenant aucune réponse, insiste plus fortement.

 

                            RENE MARLY

                            (OFF)

                            Entrez !

 

Gérard ouvre la porte et la pousse timidement.

 

 

6. INT. SALLE COMMUNE – JOUR

M. Marly mange des œufs frits. Sur la table il y a de la charcuterie, du fromage, du pain, du vin.

 

                            RENE MARLY

                            Qu’est-ce que c’est ?

 

                            GERARD

                            Vous êtes Monsieur Marly ?

 

                            RENE MARLY

                            Je suis René Marly. En effet. Que me veux-tu ?

 

                            GERARD

                            (Toujours aussi timide)

                            Je suis Manvussat. Gérard…

 

                            RENE MARLY

                            Ah oui. Assieds-toi. Et pose ton sac. Tu as déjà travaillé dans une ferme ?

 

                            GERARD

                            Oui, mes parents en avaient une.

 

                            RENE MARLY

                            Mais assieds-toi donc !

 

Gérard pose son sac à regret et s’assied.

 

                            RENE MARLY

                            Tu sais que c’est très dur. Je te trouve bien gringalet pour travailler la terre.

 

                            GERARD

                            Si je ne fais pas votre affaire, vous me le direz et je m’en irai.

 

                           

                            RENE MARLY

                            Comment as-tu su que je cherchais un commis ?

 

                            GERARD

Tout le monde le sait. En plus, votre annonce est affichée au lycée agricole. Je me suis donc dit que c’était vrai. Les gens ne racontent pas toujours que des histoires.

 

                            RENE MARLY

                            D’où viens-tu ?

 

                            GERARD

                            Je préfère ne pas parler de moi.

 

 

7. INT. SALLE COMMUNE – JOUR

Jeannine et René Marly, et Gérard déjeunent. JACKY, le benjamin des MARLY, entre.

 

                            RENE MARLY

                            (A Gérard)

Voici Jacky, notre dernier. Celui qui devait rester travailler avec nous et qui a préféré faire le menuisier. Je crois que c’est lui qui a raison.

                            (A Jacky)

                            Voici Gérard.

 

                            JACKY

                            Bonjour

 

                            GERARD

                            Bonjour.

                            (Ils se serrent la main)

 

 

8. INT. SALLE COMMUNE – NUIT

Jeannine et René Marly, Jacky et Gérard sont assis autour de la table. Gérard se lève.

 

                            GERARD

                            (Donnant une poignée de main à chacun des trois autres)

                            Bonne nuit.

 

                            LES MARLY

                            (D’une seule voix)

                            Bonne nuit.

 

Gérard sort par une porte du fond de la pièce.

                            JACKY

                            Il va trouver tout seul ?

 

                            RENE MARLY

                            Nous lui avons montré sa chambre ce matin.

 

                            JACKY

                            Il semble très sympathique. D’où vient-il ?

 

                            JEANNINE MARLY

Voici bien la question que nous nous posons, ton père et moi. Il refuse absolument de parler de ses origines et de sa vie avant aujourd’hui.

 

                            RENE MARLY

Il semble très courageux. Il a une voix très juvénile. Il est scolarisé puisqu’il ne peut venir que pendant les vacances scolaires.

 

                            JEANNINE MARLY

Nous souhaiterions pourtant prendre contact avec ses parents, surtout pour sa paye. Il ne demande pas beaucoup. Il a dit que nous ferions le prix nous-mêmes.

 

 

9. INT. CUISINE – JOUR

JEANNINE MARLY  s’affèrent sur la gazinière. Gérard entre.  Il se lave les mains au-dessus de l’évier, pose son bleu et l’accroche à un porte-manteau derrière la porte d’entrée.

 

                            GERARD

                            Puis-je mettre le couvert ?

 

                            JEANNINE MARLY

                            Tu as bien assez travaillé. Repose-toi donc un peu.

 

                            GERARD

Parce que vous, vous ne faites rien, peut-être ! Traire les vaches, nourrir les porcs et la basse-cour, faire la cuisine : c’est sûrement du repos !

 

JEANNINE MARLY regarde Gérard en souriant. Gérard marche vers le buffet et en sort quatre assiettes et quatre verres. Il prend les couverts dans le tiroir de la table. Il approche quatre chaises de la table.

 

                            RENE MARLY

                            (Entrant)

Parce que tu fais la bonne aussi ! Il faut reconnaître que ça conviendrait mieux à ton physique et à ta taille.

 

Gérard rougit. Jeannine Marly a fini ses préparatifs. Elle s’assied, les hommes aussi. Jacky arrive. Ils déjeunent.

 

 

10. EXT. COUR – JOUR

Jacky et Gérard attèlent un outil au tracteur. Ils parlent mais leurs voix sont couvertes par le bruit du tracteur.

 

 

11. INT. CUISINE – JOUR

Gérard termine une purée. Il fait une sauce vinaigrette. Jacky entre.

 

                            JACKY

                            Tu ne vas pas mourir de faim, au moins ! Mes parents ne sont pas là ?

 

                            GERARD

                            Ils sont partis à la foire. Ils avaient prévu d’y rester une petite heure… mais ils n’ont pas précisé ni la longueur des minutes ni le nombre de minutes composant cette heure.

 

                            JACKY

                            (Souriant)

                            Ils sont partis depuis longtemps ?

 

                            GERARD

                            Un peu plus de deux heures.

 

                            JACKY

                            Alors tu en profites pour préparer le déjeuner.

 

                            GERARD

                            Ta mère a dit qu’elle achèterait des steaks et qu’elle ferait de la purée pour les accompagner. J’ai essayé de l’avancer un peu. Quand elle arrivera, elle n’aura peut-être pas très envie de s’installer dans la cuisine.

 

                            JACKY

                            Tu fais tout ça chez toi ?

 

                            GERARD

                            Si je ne faisais que ça…

 

Les parents Marly entrent.

Newsletter

Panier

Le panier est vide
Find us on Facebook
Follow Us